Pancham Hariharan : « Les expériences professionnelles valident tout ce que nous apprenons à IFA Paris ! »

L'Indienne Pancham Hariharan, alors qu’elle n’est pas encore diplômée, a rejoint récemment la marque éponyme Marine Serre, lauréate du Prix LVMH 2017.

Michel Temman: Pourriez-vous vous présenter et nous en dire un peu plus sur vous?

Pancham Hariharan : Je suis née en Inde, à Bombay, dans une famille d’entrepreneurs. Ma mère possède une chaîne de salons qu’elle a commencée à Hong Kong avec son partenaire chinois. Il a été décidé pour moi Pancham Hariharanque je serais l’héritière de son empire ! En dépit d’un intérêt pour son commerce, j’ai aussi aimé et apprécié de nombreuses choses en dehors du secteur de la beauté. J’ai toujours aimé les arts du spectacle et quand je me suis inscrite à une école de danse, à l’âge de 19 ans, j’ai été approchée par le directeur de l’école qui me demandait de rejoindre sa compagnie, où il m’offrait une formation de ballet gratuite dans son école le soir, en échange de cours de danse de jazz de ma part. Deux ans plus tard, j’ai eu l’opportunité de passer une audition à l’Académie des arts de la scène de Hong Kong, où je suis devenue la première Indienne inscrite au Bachelor en beaux-arts, spécialisée en danse contemporaine. Durant mon cursus là-bas, il se trouve que mes talents de coiffeuse et de maquilleuse se sont avérés très utiles lorsque j’allais aider l’équipe de stylistes des spectacles qui s’y produisaient, comme par exemple l’opéra chinois. J’ai eu l’occasion de découvrir les archives de costumes qui avaient trente ans d’âge. C'est à ce moment-là que j’ai réalisé à quel point j’aimais l'industrie de la mode et que c’est dans ce secteur que je voulais construire une carrière.

Pancham HariharanM.T.: Vous avez également été recrutée par Marine Serre récemment. Comment cela a-t-il été possible ? Un rêve devenu réalité ?

Pancham Hariharan : J’étais prête à faire mes bagages et à retourner à Hong Kong à la fin de mon MBA Management de la Mode à IFA Paris. Mais j’ai reçu quelques conseils de Sandy Bontout, la meilleure professeure de IFA Paris, qui m’a fortement déconseillé ce choix. Elle m’a dit «  C’est à Paris que tout se passe ! C'est là que vous devez être, et apprendre à parler français. » Et c’est exactement ce que j’ai fait ! Je me suis littéralement appliquée à chaque emploi par lequel je suis passée, dans chaque entreprise. J’ai eu de la chance qu’il y ait beaucoup de gens intéressés de me rencontrer pour une entrevue. J’ai reçu deux offres, l’une de Louis Vuitton, pour intégrer une équipe de Visual Merchandising, et l’autre de Marine Serre, pour un poste de développement commercial. J’ai finalement décidé de travailler avec Marine Serre, car le travail qui m’était proposé me permettrait de développer les compétences acquises et dont j’avais besoin pour bénéficier et bien tirer parti de mon MBA à IFA Paris . Maintenant, je travaille pour Marine Serre. C’est définitivement un rêve devenu réalité !

M.T. : En quelques mots, quelles sont vos fonctions précisément chez Marine Serre et pourriez-vous nous dire quelques mots sur cette marque?

Pancham Hariharan: Je travaille comme responsable de comptes clients et suis en charge du développement de l’activité de la marque. L’équipe de Marine Serre se compose de quelques-unes des personnes les plus talentueuses que j’ai rencontrées à ce jour. Une équipe jeune, très concentrée surPancham Hariharan des buts précis. La culture de travail est positive. Nous travaillons rapidement et efficacement. Dans un marché saturé de marques uniquement soucieuses de réaliser des profits, Marine Serre a une histoire qui est importante et se distingue dans le contexte actuel. C’est une marque qui offre une solution créative et consciente tout en conservant l’esprit du luxe.

M.T. : Vous suivez un MBA Management de la Mode à IFA Paris. Qu’apprenez-vous là-bas ? En quoi vos études vous sont utiles ?

Pancham Hariharan : Votre éducation, votre formation, c’est vraiment ce que vous en faites. Tout le monde reçoit les mêmes informations, mais tout le monde interprète différemment les connaissances. A IFA, j’ai des professeurs fantastiques, qui m’ont appris beaucoup, comme Sandy Bontout, Lutz K., Helen, Philippe Mihailovich…

M.T. : Vos études et cette expérience professionnelle vous font-elles évoluer votre point de vue sur le stylisme et les secteurs de la mode et du luxe ?

Pancham Hariharan : Il y a eu beaucoup de moments forts et de révélations au cours de mes études à IFA Paris, mais les expériences professionnelles valident tout ce que nous apprenons à IFA. Quelque chose qui semblait irréaliste en classe est maintenant une réalité. Je fais face à des chiffres énormes, inimaginables, mais c’est l’industrie de la mode et du luxe qui le veut ! Travailler pour la marque la plus branchée de la mode parisienne ouvre tant de portes. Je travaille avec certains des meilleurs détaillants du monde et cela ne cesse d’aller de mieux en mieux !

Pour plus d’informations sur le programme suivi par Pancham : MBA Management de la Mode