« Mon MBA à IFA Paris m’a permis de me retrouver connectée à tant de cultures et de perspectives nouvelles ! » témoigne la très créative communicante, critique d’art, productrice web, éditrice et animatrice de communautes en ligne, Marija Kata Vlašić. Interview sans frontières !

Michel Temman : Vous êtes Croate et êtes née aux États-Unis. Pourriez-vous nous en dire plus sur votre enfance et votre adolescence?

Marija Vlašić : Oui, je suis originaire de Croatie, mais je suis née dans une petite ville située non loin de New York, à Greenwich, dans le Connecticut. J’ai passé douze ans de ma vie là-bas, bien que j’aie toujours été entourée par la culture croate. Ce n’est qu’en 2002 que j’ai déménagé dans la banlieue de Zagreb, en Croatie, avec ma famille. La plus grande différence entre grandir aux États-Unis et en Europe est certainement liée à la liberté que les enfants ont ici de pouvoir se promener dans leurs villes et de découvrir le monde à pied. On leur enseigne, en Europe, la responsabilité à un âge précoce. J’ai eu une belle enfance, en vivant sur les deux continents. Mais à mon avis, la qualité de vie est meilleure en Europe.L’équipe de LeStandart.com fête le premier anniversaire du blog

M.T. : Comment en êtes-vous venue, progressivement, en vous installant à Zagreb, à vous intéresser aux mondes de la mode et du luxe ?

Marija Vlašić : En 2010, j’ai été absolument fascinée par la tendance à la montée des blogs et à la numérisation de la mode et du luxe. Soudain, le monde de la mode est devenu si proche de tant de gens dans le monde. Pendant mes études, je suis parallèlement devenue très attirée par Paris, par la culture et par l’esthétique française. Durant ma dernière année d’université, j’ai réalisé que mon rêve de vivre à Paris pouvait devenir réalité. J’ai débuté mes recherches sur les programmes de Masters en mode et ai rapidement découvert ceux de IFA Paris. Le reste est déjà de l’histoire...

M.T. : Que vous a apporté votre MBA Management de la Mode à IFA Paris ? Cette expérience a-t-elle modifié votre opinion, votre vision ?

Marija Vlašić : Mon MBA Management de la Mode à IFA Paris reste une expérience inoubliable à bien des égards. Mon Master m’a offert beaucoup plus que je m’y attendais. Il m’a relié à tant de différentes cultures et perspectives – juste dans notre classe, nous avions environ quinze nationalités différentes ! Nous avons appris beaucoup les uns des autres et même des professeurs, qui étaient issus de l’industrie. Je crois que j’ai appris le plus au sujet des processus créatifs et de la pensée qui les sous-tend. J’ai aussi apprécié que nous ayons eu assez de temps pour explorer par nous-même la ville, les nouveaux concepts, les galeries et les magasins – c'est un point que je trouve essentiel pour quiconque travaille dans les industries créatives.

M.T. : A IFA Paris, vous avez réalisé plusieurs projets avec vos collègues Jahnam Kerp et Reyes Lezcano Peñalva, comme le blog LeStandart.com. Comment l’avez-vous lancé ?

Marija Vlašić : Un après-midi, j’ai rencontré Jahnam afin de parler d’un nouveau projet. L’idée était de créer un blog qui ferait appel à des auteurs du monde entier, lesquels relateraient des histoires et des sujets traitant des arts émergents, de la mode, de la musique, du voyage, avec nos propres perspectives personnelles, en écrivant en anglais et dans nos langues maternelles. Reyes nous a rejointes quelques jours plus tard. Au fil de ces années, qui ont vu le blog se renforcer, nous avons rencontré et présenté tant d’artistes intéressants. Beaucoup de portes se sont ouvertes. Et ce qui est peut-être le plus important : nous avons vraiment attiré une communauté d’adeptes qui nous ont fait savoir qu’ils appréciaient notre honnêteté et notre authenticité. Je ne peux pas être plus reconnaissante. Depuis, ma passion pour l’écriture n’a jamais disparu.

Marija Vlašić lors du Design District Zagreb Festival 2016 (photo Marija Gašparović)

M.T. : Après l'obtention de votre diplôme IFA Paris, que s’est-il passé ? Une grande expérience, un stage mémorable ?

Marija Vlašić : Après deux ans d’études, j’ai passé deux mois dans une agence de presse en tant que stagiaire, après quoi j’ai fait un stage de six mois inoubliable dans l’équipe du marketing et de la production du designer Damir Doma. Travailler dans un bureau parisien avec vingt-cinq personnes parlant couramment trois ou quatre langues, tout en abordant les défis quotidiens de l’industrie de la mode, est une expérience qui a eu un grand impact sur moi.

M.T. : Vous avez aussi rejoint le Design District Zagreb Festival 2016. Quel a été votre rôle et votre mission alors ?

Marija Vlašić : J’ai rejoint le plus grand concept store croate – le Design Superstore, en tant que RP et gestionnaire des médias sociaux, en septembre 2015. Notre directeur créatif, Ira Payer, est venue avec l’idée d’un festival de rue dans un quartier plein d’avenir de Zagreb. En seulement quatre jours, nous avons fermé deux rues, activé la majorité des entreprises locales et de la région et organisé plus d’une centaine d’ateliers, de concerts et d’événements uniques ! Nous avons relancé, redynamisé toute une zone résidentielle et industrielle de la ville, et avons attiré environ 30 000 visiteurs. J’étais en charge de m’assurer que tout cela était bien relayé dans les médias et sur les réseaux sociaux !

M.T. : Dans votre travail, n’avez-vous pas tendance à relier les gens à leurs racines et à la nature ? Lier la créativité au patrimoine de votre pays, est-ce un enjeu majeur pour vous ?

Marija Vlašić : Sortie d’un système communiste il y a seulement quelques décennies, la mentalité, dans notre pays, n’a guère encouragé les gens à être créatifs. Encore aujourd’hui, les Croates manquent encore de confiance et de courage pour essayer de faire les choses différemment, surtout parce que la norme ne stimule pas les projets entrepreneuriaux. Or, je vois beaucoup de potentiel ici, de nombreuses opportunités pour de nouveaux projets d’affaires. Et communiquer autour de sujets qui ont trait à nos traditions, à notre patrimoine et à notre culture, c’est très intéressant pour moi car ce sont encore des sujets inconnus du monde.

M.T. : Vous avez aussi créé un projet en ligne captivant, un blog appelé MORES. Une nouvelle aventure stimulante ?Illustration de Mateja Kovač (courtesy Mateja Kovač)

Marija Vlašić : MORES est une aventure qui vient de commencer. Pendant un certain temps, j’ai senti que j’avais besoin d’avoir mon propre espace numérique pour faire quelque chose qui serait une galerie, une archive de toutes les belles choses que je vois et des gens étonnants que je rencontre en voyage. Le défi est qu’en tant que pigiste, je suis toujours à la recherche de nouveaux projets. Chercher et écrire, librement, est en même temps un test de foi. Il faut y croire. On découvre que tous les plans qui se présentent ne sont pas forcément les souhaits qu’on avait. Qu’il y a une énigme, comme un puzzle, qui nous dépasse, plus grand que nous, dont nous ne voyons que des morceaux, par petits bouts, au gré du temps qui passe.

M.T. : Vous travaillez aussi sur la communication et la promotion de l’illustratrice de mode croate Mateja Kovač. Qu’est-ce qui rend cette artiste si spéciale ?

Marija Vlašić : Mateja est une artiste douée, qui apprend et s’adapte très rapidement. Elle s’engage dans chaque nouvelle mission en prêtant attention à chaque détail. Elle est par ailleurs très sensuelle, ce qui lui permet de livrer des illustrations au style très éthéré, dans lesquelles on ressent toute son âme. Travailler avec elle m’a aidé à mûrir en tant que professionnelle indépendante, à bien des égards. Ses goûts raffinés, son esthétique, sont ce qui rend son travail admirable – et c’est pourquoi je la recommande fortement pour toute collaboration, pour tout projet en vue dans la mode !

Pour plus d’informations sur le programme de Marija, ainsi que les autres MBA, veuillez visiter la page des cours de deuxième cycle.