‘‘Mon cœur est à Paris, mais mon esprit est à Shanghai’’ nous confie le jeune designer Elias Moussa. Après avoir gagné l’une des bourses d’étude en impressionnant ces instructeurs par la qualité de son travail sur la collection qu’il a présenté à l’occasion du Fashion Show 2011, le designer libanais a rejoint l’école de Paris pour suivre le Masters/MBA en Management des marques de luxe.

 

Pratiquement un an après le Fashion Show, Elias Moussa partage avec nous l’histoire de son succès, qui culmine avec son début de collection en juin. Dévoué au thème ‘‘Mémoire d’un homme en mouvement’’ le designer né suédois nous confie qu’il voulait créer une histoire des cultures qui se rencontrent, reflétant la société globale d’aujourd’hui. Citant comme sources d’inspiration la poésie, les proverbes arabes ou les peintures de Jean-Léon Gérôme, une  phrase particulières résonne en lui à travers son processus de design et oriente clairement la direction que va prendre la collection : ‘‘le jour de la victoire, personne n’est fatigué’’

 

Nommée Régalienne, sa collection explore deux mondes et deux cultures à travers une juxtaposition dynamique des silhouettes traditionnelles et des matériaux modernes. Les bases noires de ses modèles innovent à travers une couture élégante, une découpe-maille, des embellissements de plumes et de paillettes, le tout triomphalement orné de coiffes somptueuses et de chaussures faites à la main par le designer lui-même. Inspiré par les mariages traditionnels d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient, sa coiffure tribale capture la grâce et l’essence royale sans pour autant s’afficher directement comme une coiffe. Pour Moussa, la collection se rapporte aussi bien au nouveau qu’à l’ancien que ce soit grâce aux silhouettes qui nous ramène dans le temps ou par l’utilisation de nouveaux matériaux. Il créé l’histoire d’une réunion entre ce qui a été vue et ce qui est sur le point d’arriver.

 

Le talent de Moussa vint de son habilité à engendrer de multiple interprétations des images archétypales, sans pour autant adhérées aux stéréotypes. Ses designs personnifient le pouvoir mystique des femmes contemporaines à travers l’image d’une guerrière qui est simultanément forte et royale mais qui fait aussi preuve de compassion et d’élégance. ‘‘C’est une femme magnifique qui part en guerre avec la société dans laquelle nous vivons, portant différente tenues à différentes occasions avec ses vêtements comme bouclier’’ explique Moussa à travers sa vision poétique. ‘‘Pour elle, la vie prend sens à travers la célébrations de différents évènements. Tous ont le regard tourné vers elle et elle le sait’’

 

Composée d’une prédominance  de noir et blanc, la sélection de vêtements à base de coton de Moussa, s’est avérée difficile à certains moments. il n’était pas facile de travailler avec, comme ce n’est pas habituellement utilisée pour la confection de vêtements, il était impossible de repasser, outre quoi ils auraient fondus. Tout devait être fait à la main. Bien entendu le processus de conception est toujours imprévisible, et l’on est toujours confronté à des défis inattendus pendant le processus de création, mais ils inspirent toujours de subtiles nuances qui donnent forme à la sensibilité thématique du produit finis, le rendant par la même unique. Son aspect final se délecte dans l’ingéniosité de sa tenue où les techniques de coutures réalisées à la main complimentaient les pratiques de design du prêt à porter, donnant vie à une tenue crée sur mesure.

 

Moussa souhaitait remercier ses professeurs pour lui avoir apporté de solides bases en techniques de prêt à porter, mais également pour avoir supporté sa vision créative. ‘‘Bien entendu, beaucoup d’idées différentes me sont venues pendant cette aventure et ce n’était pas facile de mettre toutes ces idées dans la collection si je ne voulais pas sortir du thème que je m’étais fixé. Les professeurs étaient très patients, ils m’ont apporté toute l’aide dont j’avais besoin et m’ont guidé dans la direction du succès. Et comme n’importe quel média artistique, cette collection a commencée à partir d’une vision et a évolué naturellement au fur et à mesure que le temps passait. Le résultat final avec la série Régalienne, créé par Pascal Bünning, Momo Sabah, Bastien Caërou et Sonja Wanda est allé au-delà de ce à quoi je m’attendais pendant le shooting. Ces images représentent l’esprit et l’essence de cette collection créée par des personnes talentueuses et fantastiques. Je pense sincèrement que je leur serais toujours redevable’’

 

Désormais bercé par Paris, Shanghai et Florence, on se demande ce que prépare le jeune designer pour la suite. ‘‘Je crois que Paris est la capitale de la mode. C’est de là que tout à commencé’’ dit le jeune designer en herbe. ‘Mais Shanghai est une ville dans l’ère du temps, qui connait une évolution fulgurante en ce qui concerne les industries de la mode et du luxe, et je verrais bien une carrière se dessiner pour moi là-bas,’’ il continue ‘‘IFA Paris m’a rendu plus sûr de moi pour rencontrer, présenter et me représenter depuis que j’ai fait mes preuves à Shanghai quand je suivais le programme en management des marques de luxe.’’

 

Armé d’une compréhension des deux mondes, l’ancien et le nouveau, Moussa se sent prêt à embarquer pour une carrière dans la mode avec un avantage compétitif de premier choix: lui-même. ‘C’est une industrie très compétitive mais je pense que tout le monde a une histoire à raconter.’ dit-il sérieusement. ‘Essayer de regarder au fond de vous-même, d’où vous venez, quelle est votre culture et votre propre histoire. A la base, je voulais simplement raconter une histoire. Mon histoire.