Le vendredi 3 février 2012, les élèves de la promotion MBA Fashion Business de l’IFA Paris ont exploré les 40 de carrières de l’artiste Jean-Paul Goude au Musée des Arts Décoratifs. La rétrospective, nommée pour l’occasion Goudemalion, en référence au légendaire roi grecque Pygmalion, prend place dans l’aile Ouest du musée du Louvre et rend hommage aux innovantes campagnes de publicité du ‘faiseur d’image’,  passé maître dans le monde de la mode,  à travers une installation interactive retraçant le parcours de l’artiste de 72 ans.

 

Guidé par un expert du musée et accompagné par le directeur des programmes, Jean-Marc Chauve, les étudiants de MBA de l’IFA ont pu découvrir une icône de la mode dont l’approche dynamique de la photographie à transcendé l’Histoire. ‘C’était super d’avoir une visite guidée. La sensibilité photographique de Jean-Paul Goude et toute la créativité derrière ses publicités apportent donne vraiment un sens original à son travail.’ dit Elva Gunnarsdottir, une étudiant islandaise de 26 ans. De même, Claudia Cannateli, qui avait déjà visité seule l’exposition principale, trouve cette deuxième visite d’avantage perspicace : ‘Je dois dire que les deux visites étaient très différentes l’une de l’autre, et j’ai vraiment apprécié de revenir une seconde fois avec ma classe, M. Chauve, et le guide ! C’est très intéressant d’en apprendre plus sur les nombreuses muses de Jean-Paul Goule et toutes ses collaborations avec des grandes marques, comme par exemple sa campagne photographique des galeries Lafayette’  dit l’ancienne résidente de San Fransisco.

 

La première exposition de Jean-Paul Goude à Paris, située au cœur du 1er arrondissement de la ville, étonne les visiteurs par son style d’installation divisé entre deux galeries. Dès l’entrée, des mannequins habillés en valseuses du 14 juillet pour la célèbre parade du bicentenaire accueillent les étudiants et les invités dans la nef du musée où se trouve l’élément principal, un train à vapeur géant, à côté duquel sont exposés les dessins de Goude, tels des témoins précieux d’un passé qui semble encore proche. L’expérience est très palpable pour les étudiants, qui sont tombés sous le charme des œuvres de l’artiste.

 

Alors que des moments méta-théâtraux  donnaient vie à l’exposition, les étudiants étaient d’avantages intéressés par la carrière prolifique de Goude. ‘Avant de venir à l’exposition, j’avais déjà vu plusieurs de ces travaux, mais je reste bouche bée devant  ce nombre gigantesque d’œuvres qu’il a créé.’ explique Sajid Khan, un étudiant de MBA originaire du Bengladesh.

 

Depuis ses premiers pas à New York à travers Andy Warhol et Esquire, jusqu’à sa récente collaboration avec la jeune bloggeuse à sensation Tavin Gevinson, Jean-Paul Goude a produit une impressionnante compilation d’éditoriaux, de campagnes de pub, de photographies, d’œuvres cinématographiques, d’arts graphiques et de peintures, et ce en collaboration avec des marques mondialement connues telles que Chanel, Citroën, Sarah Jessica Parker, les Galleries Lafayette, Azzedine Alaia, et bien d’autres…

 

Dans les galeries des Tuileries, un affichage chronologique des travaux les plus personnels et inspirant de Jean-Paul Goude transportent les étudiants et les visiteurs dans un voyage intime à travers sa relation inexplicable entre la vie et l’art. Pour lui, les deux sont intimement liés et ont immensément inspiré sa propre vie. La perspective dynamique du ‘faiseur d’image’  l’a aidé à passer aisément d’un media à un autre et à prendre ses marques dans la publicité. ‘Je pense qu’il voulait révolutionner le monde de la mode’ dit Alejandra Verea, étudiante espagnole de 22 ans.

 

On  pouvait voir à quel point l’artiste s’épanouissait dans la recherche de la beauté mais pas la beauté d’un point de vue traditionnel, c’est une vision unique que nous livre Goude. Il la représente avec des formes, des corps et des muses. Sa conception abstraite de la beauté devient plus apparente à la vue de ses nombreuses muses, et particulièrement à travers son interprétation de Grace Jones, novatrice à l’époque. De plus, son rejet des applications techniques l’aide à capturer des idées dans des formes intangibles.

 

C’est incroyable pour moi de voir sa façon de travailler, il rejette vraiment l’utilisation d’outils modern tells que Photoshop’. dit Verea à propos du choix des médias utilisés par Goude. Tous ces travaux ont inspiré les étudiants de l’IFA Paris, qui ont apprécié cette conception très originale de la mode. ‘J’ai trouvé la plupart de ses œuvres très intéressantes, drôles, inspirantes et créatives, en particulier les photos agrandies manuellement sans l’aide de logiciel de design.’ S’exclame Chaowei Huang, un étudiant chinois de MBA.

 

Du côté Rivoli de la galerie, six installations mini-théâtrales illuminent la carrière de Goude à travers une évaluation plus digitale et analytique de ses influences artistiques dans la mode et les arts. Les étudiants privilégient l'approche de style d'installation, comme Korbinian Baerend, qui sentait que ‘‘le mélange de natures mortes et des captures de mouvement, comme par exemple les présentations à la télévision dans la troisième salle, étaient vraiment bien réalisées. Les installations dans la salle numéro une étaient mes préférée, en particulier la partie où la campagne des rouges à lèvre de Dior apparaît. ’’

 

Les autres parties de la pièce étaient plus difficiles à digérer. Chaowei Huang a remarqué que ‘certaines d’entres elles ne sont pas faciles à comprendre si l’on ne dispose pas d’assez d’informations sur son passé – peut être parce qu’elles sont trop personnelles ou trop politiques.’ Mais cette difficulté renforce le succès de l’exposition, défiant les élèves d’arriver à déchiffrer le sens de ses œuvres mystérieuses, de la même façon que Goule a su défier le public pendant des décennies entière.

 

L’exposition Goudemalion se déroule du 11 novembre 2011 au 18 mars 2012.

Pour plus d’information sur l’exposition, rendez vous sur :

http://www.lesartsdecoratifs.fr/francais/arts-decoratifs/expositions-23/archives-25/goudemalion-jean-paul-goude-une/