Avec sa nouvelle marque VinoSupraja, l’étoile montante, créatrice et styliste indienne Vino Supraja brille au-delà des frontières de son pays, jusqu’à New York.

Michel Temman : Vous êtes née dans le sud de l’Inde et y avez passé votre enfance et votre adolescence. Vous dirigiez-vous déjà alors vers des études de mode ?

Vino Supraja : Je suis née d’un père médecin et d’une mère institutrice dans une petite ville appelée Vandavasi dans le sud de l’Inde. J’ai fait mes études au sein de l’école de ma mère, avant d’aller vivre des années plus tard dans une autre ville, plus importante, appelée Chennai. Adolescente, j’étais une jeune fille des villes. J’aimais des choses simples, bavarder et m’amuser. Puis, me suis lancée plus tard, en fait, dans des études d’architecture !

M.T. : Comment avez-vous donc découvert l’univers de la mode et surtout votre propre style ? Et à quel moment avez-vous finalement décidé de devenir créatrice de mode ?

Vino Supraja : Bien que diplômée en architecture, j’ai débuté dans les médias et travaillé tour à tour, pendant cinq ans, comme animatrice radio, productrice et même présentatrice de télévision ! Et puis, il a fallu que je parte à Shanghai, suivre le travail de mon mari. Il m’était soudain impossible de continuer ma carrière dans les médias en raison de la barrière de la langue. J’ai alors décidé de reprendre les études. A Shanghai, je ne trouvais pas de cours enseignés en anglais, qui m’intéressaient, liés aux médias. Au fil de mes recherches, je suis tombée sur le site Internet d’IFA Paris. Les cours étaient intéressants et étant de nature créative, je me suis lancée et ai décidé d’étudier la mode, d’apprendre donc soudain un nouveau métier. Vino Supraja à Detroit Fashion Week

M.T. : Vous avez alors intégré IFA Paris à Shanghai et effectué un Bachelor en Stylisme et Modélisme. Quelques témoins se souviennent vous avoir entendu dire qu’IFA Paris a changé votre vie. Est-ce exact ? Et si oui, comment et pourquoi ?

Vino Supraja : IFA Paris a définitivement changé ma vie ! J’ai étudié à IFA Paris la mode pour la première fois. Je suis retournée à la vie étudiante et ai fait un deuxième bachelor en laissant derrière moi une carrière. Je l’ai fait en Chine, pays dont je ne parle pas la langue. La décision n’était pas facile à prendre, mais au final, c’est l’un des meilleurs choix que j’ai fait. IFA Paris m’a transformée : la novice que j’étais dans la mode est devenue une diplômée confiante. J’ai été en mesure de monter mon entreprise avec succès aux Etats-Unis, un an après avoir obtenu mon diplôme. La formation que j’ai suivie à IFA Paris était à 360 ​​degrés. Ses professeurs m’ont appris non seulement tout le processus de conception, mais aussi les secrets de fabrication des vêtements et ceux de leur commercialisation. J’en profite d’ailleurs, au passage, pour remercier du fond du cœur mes professeurs à IFA Paris. Je leur dois toutes les connaissances acquises. Ils ne sont pas seulement de bons professeurs mais aussi de grands mentors, des amis et de bons conseillers.

M.T. : Vous avez été invitée à montrer votre dernière collection à New-York, à la dernière Fashion Week de Brooklyn. Comment cela s’est-il passé ? Quels éléments ont inspiré cette nouvelle collection ? Vous maintenez semble-t-il un lien spécial avec les États-Unis...

Vino Supraja : Oui, j’ai été invitée à montrer ma collection à la Fashion Week de Brooklyn, à l’occasion de son 10e anniversaire. J’ai montré ma collection Automne/Hiver 2016 intitulée « Buoyancy », inspirée par le meilleur de l’humanité, par tous ces hommes et ces femmes qui ont aidé ma ville, Chennai, à rebondir après les récentes inondations, historiques, dont la ville a souffert.

J’ai fait des esquisses à la main de bâtiments emblématiques de la ville et fait des impressions sur textile, avec des passepoils bleus illustrant la façon dont les inondations ont essayé de nous briser en morceaux et nous ont malgré tout soudé, avec humanité, comme une force qui ploie mais ne casse pas. J’ai expliqué sur le catwalk, avant le défilé, l’idée de cette collection qui a été bien accueillie, avec même une standing ovation ! Dans mon cas, les États-Unis sont une terre d’opportunités. Si vous êtes talentueux et travaillez dur, avec la bonne attitude, les Etats-Unis vous accueillent à bras ouverts.

M.T. : Comment définiriez-vous votre marque ainsi que la scène de la mode actuelle en Inde ?

Vino Supraja : VinoSupraja est une marque qui défend l’idée que la mode est une émotion que l’on porte sur soi et tout simplement un art. Je considère les tissus comme des toiles et les vêtements comme des sculptures. Mes collections viennent d’inspirations fortes et ont de profondes significations. L’Inde est un pays très diversifié avec une forte tradition culturelle, qui lui est propre. Je travaille actuellement sur la recherche d’un équilibre entre ma conception de l’esthétique et les techniques de couture traditionnelles indiennes.

M.T. : Quels sont vos prochains projets ?

Vino Supraja : Je suis actuellement en train de mettre en place mon propre studio à Chennai et le lancement d’une boutique en ligne. Au gré de ce processus, je rencontre beaucoup de fabricants et de marchands et explore de nouvelles choses. L’apprentissage est un processus sans fin et je suis heureuse que mon apprentissage de la mode ait débuté à IFA Paris !

Pour en savoir plus sur le programme suivi par Vino a IFA Paris : Bachelor Stylisme et Modelisme