Après une expérience dans le secteur bancaire, la fashion lover et élégante Amal Sultan a effectué un MBA en Luxury Brand Management. Après le début de ses études à lFA Istanbul, elle a reçu une proposition de Dunhill (Richemont) Londres, effectué un stade chez IMG Mercedes Benz Istanbul et au sein de la marque de luxe Quintessentially à Dubaï. Entretien.

Michel Temman : Pourriez-vous vous présenter et nous en dire plus sur votre expérience professionnelle précédente dans le secteur bancaire et nous dire pourquoi vous avez décidé de poursuivre un MBA en Luxury Brand Management?

Amal Sultan : J’ai effectué mon Bachelor en Économie avec les programmes internationaux de l’Université de Londres et ai été diplômée en 2012. J’ai commencé à travailler comme agent en charge du service Clientèle chez Barclays mais je dois dire que cette expérience ne m’a guère intéressée – j’ai senti que dans cette fonction, je ne pourrais pas me donner à 100%. Puis, j’ai réfléchi pendant un an à ce que je voulais vraiment faire. C’est alors que l’idée de faire un MBA en Luxury Brand Management a retenu toute mon attention. C’était le diplôme parfait pour moi. Je viens d’une culture, au Pakistan, où les gens ne placent pas forcément la mode sur un piédestal. J’ai donc commencé à chercher un diplôme qui me corresponde à Paris, en considérant qu’elle est la capitale mondiale de la mode. Revenir au pays avec un diplôme obtenu à Paris ouvre de nombreuses portes !

Michel Temman : Pourquoi vous êtes-vous dit qu’IFA Paris était le meilleur choix pour vous ?

Amal Sultan : Au fil de mes recherches, j’ai trouvé plusieurs MBA en Luxury Brand Management au sein de plusieurs universités, mais IFA avait quelque chose de plus, et la possibilité d’étudier dans deux pays, sur un marché émergent, à Istanbul, et dans un monde développé, à Paris. Le MBA d’IFA Paris me permettait non seulement de placer deux noms de pays différents sur mon CV mais il me donnait aussi la chance d’élargir mes connaissances et mes expériences. Ce MBA était en quelque sorte un mélange parfait. Ce MBA, a priori, me satisfaisait totalement. Je savais qu’avec ce diplôme en poche, je pourrais dire au monde : « J’ai fait un MBA en Luxury Brand Management », un diplôme qui m’a toujours attiré et passionné. J’ai donc choisi IFA Paris, tout en sachant que ma vie allait basculer. Avec ce diplôme, vue la montée en puissance des marques de luxe pakistanaises, je pourrai revenir dans mon pays et travailler pour des marques de luxe locales.

Michel Temman : Vous avez effectué un stage chez Quintessentially, un nom qui reflète la quintessence du luxe. Comment cela a-t-il été possible ?

Amal Sultan : J’ai commencé à expédier des demandes de stages quelques mois après le début de mon MBA. A Istanbul, j’ai eu l’occasion de faire un stage à la IMG Mercedes-Benz Fashion Week d’Istanbul. J’ai reçu également une offre de Dunhill (Richemont) à Londres pour être coordinatrice de la Responsabilité sociale de l’entreprise. Mais je n’avais pas de visa de travail pour le Royaume-Uni et les obtentions de visas pour les citoyens pakistanais font que l’ensemble de la procédure était trop compliqué pour un stagiaire. J’ai alors accepté l’offre de Quintessentially à Dubaï, qui était aussi très attrayante et sans tracas de visa. J’ai instantanément accepté l’offre et ai commencé à travailler pour Quintessentially pendant la pause estivale, mi-juillet.

Michel Temman : Qu'avez-vous appris de cette expérience?

Amal Sultan : J’ai été très chanceuse car ce fut une expérience inestimable. J’ai élaboré des rapports de marques de luxe pour des fournisseurs, organisé un événement ; j’ai aussi rejoint les équipes du Service clientèle du palace Burj al Arab et du groupe Cavalli Caffee, pour ne nommer que ces deux noms… On m’a confié des responsabilités en vue d’améliorer la qualité du service, pour fournir à chaque fois quelque chose de tangible. J’ai aussi travaillé sur le concept « Q numérique » – Q comme Quintessentially, ndlr –, un bracelet électronique et durable, véritable gestionnaire virtuel, étant entendu que les services de conciergerie sont de plus en plus digitalisés. J’ai travaillé sur le branding, le marketing, et la fonctionnalité. Le projet Q numérique a été d’ailleurs présenté à la réunion annuelle des 64 bureaux de Quintessentially dans le monde, en novembre. Quintessentially Dubaï est d’ores et déjà heureux d’annoncer ce nouveau concept de conciergerie virtuelle. Projet pour lequel j’ai été récompensée d’un « Certificat de résultat exceptionnel » par Quintessentially Dubaï.

« Depuis le jour où j’ai commencé mes études à IFA Istanbul et jusqu’au dernier semestre à Paris, je vois une nouvelle femme en moi, plus confiante. »

Michel Temman : Comment voyez-vous votre avenir ? Rêvez-vous d’intégrer un groupe tel que Quintessentially ? Voire de rejoindre un autre nom du luxe ?

Amal Sultan : Aussi heureuse que je suis d’être de retour à Paris, je suis malgré tout un peu triste de ne plus être en mesure de travailler parmi ces collaborateurs efficaces. Retourner chez Quintessentially et de surcroît aux côtés de David Johnson (Head of Sales and Marketing at Quintessentially Lifestyle Dubai, ndlr) est quelque chose dont j’ai vraiment hâte, si la possibilité se présente de nouveau. Je serais très heureuse de mettre en œuvre, de nouveau, ses précieuses suggestions. Cependant, j’ai aussi, comme autre rêve, d’introduire des marques de luxe dans mon pays. J’ai en tête de travailler, sur place, avec un important groupe de distribution.

Michel Temman : Pouvez-vous nous en dire plus sur vos études à IFA Istanbul et IFA Paris?

Amal Sultan : Etudier à IFA Paris n’a pas été de tout repos ! J’ai eu en cours d’excellents professeurs, capables de transmettre des connaissances de haut niveau. Je me souviens encore comment Stéphanie nous a enseigné notre premier sujet, à IFA Istanbul. Au début, nous nous plaignions de son autorité et de ses mauvaises notes. Mais son professionnalisme, son attitude juste et son esprit critique m’ont, en fin de compte, aidé à m’améliorer. Et je dois dire qu’obtenir de bons commentaires de sa part à la fin du terme m’a fait beaucoup de bien. J’ai eu la chance d’avoir des enseignants comme elle, à IFA, dotés d’une analyse critique qui vous aide vraiment à progresser. Depuis le jour où j’ai commencé à étudier à IFA Istanbul et jusqu’au dernier semestre à Paris, je vois une nouvelle femme en moi, plus confiante ! Je ne sais pas comment exprimer ma gratitude à IFA Paris, pour m’avoir ouvert de nouvelles portes. Je suis reconnaissante à jamais !

Pour plus de details sur la formation suivie par Amal, merci de visiter la page MBA en Management des Marques de Luxe.