Tout en réalisant un MBA à IFA Paris, l’Australienne Tessa Stoddart, originaire de Sydney, a été embauchée à 21 ans comme Directrice Générale des événements et du marketing de la société américaine Jane Layne Events LLC. Son secret ? Elle a étudié dur et a fait bon usage de son temps libre, dit-elle, “sans jamais renoncer à ses ambitions”. Elle offre dans cet entretien une leçon d’énergie, de joie et de volonté.

« Vous devez consacrer du temps et de l’effort pour vraiment réussir ! »

IFA Paris : Vous avez seulement 21 ans et êtes déjà employée par une entreprise aux États-Unis, à un poste de responsabilité, tout en effectuant un MBA. On voudrait comprendre !

Tessa Stoddart : J’ai été diplômée du secondaire en 2010, après avoir suivi des cours par correspondance et un début de carrière professionnelle dans l’équitation. Puis, j’ai pris une année pour voyager et acquérir de nouvelles expériences, au Canada, en Europe et aux États-Unis – j’ai même enseigné l’équitation dans un camp équestre, à Montréal. Je suis ensuite revenue vivre à Sydney, suivre un bachelor ès arts, avec spécialisations en sociologie et études culturelles, ainsi qu’à distance, un baccalauréat en communication et médias à l’université Charles Sturt, avec spécialisations en journalisme et marketing. Je me suis totalement dédiée à mes études et ai décroché mes deux bachelors en juin 2015, en participant en parallèle à des écoles d’été et d’hiver.

 IFA Paris : Pouvez-vous nous en dire plus sur votre MBA à IFA Paris sur le campus d’Istanbul ? 

Tessa Stoddart : D’abord, tout en étudiant à l’université, j’ai multiplié les stages et des petits boulots rémunérés. J’ai travaillé comme assistante du personnel dans une entreprise de communication et dans un cabinet de relations publiques expert en mode et lifestyle ; j’ai fait un stage au magazine Cosmopolitan ; j’ai aussi fait aussi du bénévolat, un été, en Inde, pour aider au lancement d’une marque de joaillerie éthique. J’ai aussi travaillé dans des entreprises d’événementiel, de recrutement et de divertissement. Ce fut un excellent moyen de multiplier les contacts qui allaient m’aider à obtenir d’autres stages. Avant de quitter l’Australie, j’ai aussi travaillé au sein de IMG Fashion comme assistante de relations des créateurs, durant la Semaine de la mode australienne – ce qui m’a permis de rencontrer des gens de l’industrie, des VIP, et m’a amené beaucoup d’expériences. Je me suis également fixée un défi, dans le cadre d’une action de charité : participer à un trekking jusqu’au Everest Base Camp – le genre d'expériences qui vous différencie des autres et vous démarque aussi, aux yeux d’un employeur ! Les études ont toujours été cruciales pour moi. Mes parents ont toujours dirigé des entreprises et très tôt, j’ai voulu suivre leur voie. Mais pour cela, je voulais d’abord étudier. Je cherchais un MBA qui ne soit pas trop standard, combinant mon amour de la mode, du lifestyle et l’apprentissage du business ! Ce type de diplôme était inexistant en Australie. J’ai donc étendu mes recherches à l’étranger et ai retenu ces noms : le LIM College à New York, Parsons à New York, SCAD à Savannah et IFA Paris (Istanbul et Paris). Finalement, j’ai décidé d’entrer à IFA Paris. Je savais qu’en étudiant à la fois à Istanbul et à Paris, deux villes emblématiques, ce serait avantageux sur mon CV. Les entreprises cherchent plutôt à recruter des individus ayant vécu et étudié dans une ville et dans un pays dont ils ne parlent pas la langue. Ce genre d’expériences offre de nouvelles perspectives sur la vie.

 IFA Paris : Comment avez-vous réussi à vous faire embaucher par Jane Layne Events aux États-Unis tout en effectuant votre MBA en Europe ?

Tessa Stoddart : Je rêvais de travailler aux États-Unis. Mais d’être Australienne a rendu mes démarches difficiles en raison de la stricte réglementation américaine sur les visas. Je m’y suis donc prise tôt. J’ai d’abord pensé faire un stage aux Etats-Unis. Lorsqu’on étudie à IFA Paris, la pause estivale est justement l’occasion d’en faire un ! J’ai passé des heures à remplir des demandes et des bulletins d’emploi sur le web. Je me suis inscrite à de nombreuses offres, dans les secteurs qui me passionnaient, de la mode, du lifestyle, des relations publiques, de l’événementiel, comme assistante et stagiaire. J’ai passé d’innombrables entretiens et on m’a alors proposé plusieurs postes. J’ai étudié à fond le profil des sociétés qui s’intéressaient à moi. J’ai parlé aux chefs de direction, aux collègues potentiels de travail et ai recueilli des témoignages. Et finalement, c’est Jane Layne Events qui m’a le plus impressionnée. La diversité de sa ligne d’activité, ses compétences solides, son esprit d’innovation, et la personnalité de sa jeune CEO, très expérimentée, tout cela m’a séduit. Et j’étais désireuse d’apprendre. C’est ainsi que j’ai carrément été embauchée et ai intégré Jane Layne Events LLC, à Orlando, Manhattan, qui produit des événements dans tous les Etats-Unis. J’ai débuté ma période de probation, loin de Paris donc, tout en étudiant à IFA Paris. Ce fut un grand engagement personnel, étant donnés les décalages horaires entre mon emploi aux Etats-Unis et mes études en France ! J’ai dû m’établir à Orlando à la fin de ma période de probation, au début de mon contrat officiel. Ce fut assez hors norme, je crois, pour IFA Paris, de compter dans ses rangs une étudiante leur demandant de suivre ses cours à distance car travaillant déjà à plein temps, après avoir trouvé l’emploi de ses rêves ! Je suis d’ailleurs très reconnaissante à Jean-Baptiste Andréani (directeur du campus parisien d’IFA Paris, ndlr) pour sa compréhension et sa coopération.

IFA Paris : Votre histoire est pour les autres étudiants d’IFA Paris et pour tous ceux et toutes celles poursuivant un MBA une source d’inspiration. Que voudriez-vous leur dire ?

Tessa Stoddart : En fait, après 3 mois en poste à Orlando, j’ai été promue, chez Jane Layne Events LLC, au poste de Directrice des événements et du marketing. Mon conseil à d’autres étudiants est donc de ne pas abandoner son ambition ou son rêve – d’autant que décrocher son premier emploi est un travail difficile ! Vous avez besoin de consacrer du temps et de l’effort pour vraiment réussir. Il faut tenter d’atteindre les gens clés de l’industrie, essayer de relier entre elles des possibilités parfois uniques, celles qui changent la vie ! Je suis pour ma part toujours très proactive. Alors, vous non plus, ne perdez pas de temps, étudiez dur car trouver le parfait premier emploi ne tombe pas du ciel. C’est plutôt épuisant. Vous ne voudrez pas vous retrouver dans une course folle quand vous serez enfin diplômée, et réaliser soudain que vous n’avez aucune expérience professionnelle, et n’avez fait aucun stage. Accumuler de l’expérience est cruciale pour décrocher un premier employ. Assurez-vous donc d’utiliser votre temps libre à bon escient, tout en étudiant. Même si vos heures sont non rémunérées et difficiles, essayez de tenir le coup, afin d’obtenir des éléments qui renforcent votre position, comme une lettre de recommendation, toujours très utile à joindre à un CV. Mais je crois qu’après tout, c’est à vous, très honnêtement, de décider ! Juste un conseil : travaillez dur, travaillez très dur, restez fidèle à vous-même et finalement, vous serez récompensé de vos efforts. Bonne chance !