Le panel de discussion organisé le 27 septembre par IFA Paris pour mieux cerner le nouveau pouvoir du réseau social chinois WeChat a confirmé la dernière tendance en ligne en Chine : c’est WeChat, aujourd’hui, qui règne en maître incontesté des nouveaux styles de vie et modes numériques.

« Avec WeChat, on est entré littéralement dans l’ère nouvelle du ‘p to p’, d’un réseau de personne à personne ! » a expliqué d’emblée l’un des intervenants, Karl Gao, fondateur de SearchNovo. Lancée en Chine en 2011, l’application WeChat est le symbole d’une nouvelle forme de communication horizontale, instantanée, innovante, puissante, bouleversant les industries du digital et de la publicité. « WeChat compte désormais plus de 889 millions d’utilisateurs, 10 millions de comptes officiels et 200 000 développeurs » a rappelé, dans sa présentation du phénomène, Mia Li, Communication Manager de l’agence digitale Curiosity China. WeChat intègre sa Panel de discussion: WeChatpropre messagerie directe, favorise le dialogue social et le divertissement. Ses utilisateurs engagent des idées et des contenus en temps réel via des messages, textes et services multimédias gratuits. Ils lancent des appels vidéo et partagent des photos sur leurs « Moments. » « Il est intéressant de constater comment WeChat a rabattu les cartes en matière d’e-marketing : on est passé du tout e-commerce au tout WeChat », constate Aurélien Rigart, vice-président de IT Consultis.

App toujours plus sophistiquée, WeChat stimule aussi en effet de nouvelles habitudes de consommation – d’achat, de vente et de distribution. Et les choix du consommateur ont évolué depuis que la plateforme a étendu ses services payants comme Weixin/WeChat Pay. Pour Christophe Tremeaux, Directeur commercial de Roche Bobois China, « WeChat est indispensable, c’est un outil incroyable, puissant, remplaçant l’email en Chine, mais avec une limite, car l’enjeu reste de s’assurer au final que le client se rende toujours en magasin connaître une expérience pas seulement commerciale mais également sensorielle. »

Panel de discussion: WeChatChenyin Pan, Directeur Chine de l’agence digitale Fireworks, estime que « WeChat fait apparaître, par son ubiquité, de nouvelles interactions physiques, interhumaines. L’avantage de WeChat, expliquant son succès et qu’autant de marques veulent en être, c’est l’exclusivité qu’elle assure, l’assurance pour les marques de toucher en direct le consommateur potentiel. » WeChat, c’est un fait, bouleverse toutes les formes de communication, de langage, de promotion et de publicité connues jusqu’alors. Le star-system des agences de publicités traditionnelles, associant marques et célébrités est en repli. Pour Vicki Jiang, Directrice régionale de Suit Supply Asia, WeChat est devenu « l’outil de promotion, de marketing et de dialogue essentiel » avec les utilisateurs et consommateurs. « Surtout pour les petites et moyennes marques dont l’approche est plus souple que celle des grandes enseignes » remarque Nicolas Dijols, consultant et stratège des réseaux sociaux au sein de KRDS.

L’autre avantage de WeChat, renchérit Xiaoqing Zhang, styliste, créatrice de la marque X.Q.ZHANG, c’est l’âge de ses utilisateurs : par excellence la catégorie intéressée par les tendances dans la mode et dans le luxe. Les utilisateurs sont le plus nombreux parmi les 25-50 ans. « WeChat n’est pas une application très utilisée par les adolescents, lesquels préfèrent utiliser QQ, Momo ou la myriade d’applications vidéo en direct et courtes disponibles sur le marché chinois, précise Mia Li. WeChat gagne en aura dans les groupes d’âge moyen et supérieurs qui devraient avoir un revenu disponible moyen plus élevé et sont plus difficiles à atteindre en ligne. » Mais si nombre de grandes marques investissent radicalement WeChat, comme Louis Vuitton – revenu en force paradoxalement dans l’univers du livre d’art et de luxe –, Hermès, Furla, Van Cleef and Arples, Hugo Boss…), toutes marquent un intérêt parfois discutable. Le luxe n’est-il parfois synonyme de retrait et de rareté ?

WeChat réussira-t-il pour autant à s’internationaliser de la même façon que Facebook ou Twitter ? « L’internationalisation de WeChat reste un défi. Encore peu d’individus l’utilisent par exemple en Europe » note Adile Cretallaz, Directrice du CAC (le Career Center d’IFA Paris). De grandes marques, dans la mode et le luxe, révisent en tout cas leur stratégie sans attendre, la Chine devant devenir d’ici 2020 le premier marché mondial de la mode, du luxe (pour une valeur annuelle de près de 47 milliards d’euros pour le seul secteur de la beauté). Nombre d’acteurs majeurs s’activent sur les médias sociaux chinois et pour l’heure sur WeChat, nouveau réseau star !